Réalité virtuelle : le cheval de bataille du gaming

La grosse news du moment, et elle n’a échappé à personne, c’est le rachat de la société Oculus VR par Facebook. Le géant des réseaux sociaux s’est offert le projet Kickstarter le plus hype du moment pour la modique somme de 2 milliards de dollars.

Pour une part les joueurs se sentent trahis, tout particulièrement ceux qui ont apporté leur contribution au projet en lui allouant des fonds par Kickstarter. Comment ne pas l’avoir mauvaise quand on investit pour aider une société à concrétiser un projet indépendant, société qui finalement engrange un bénéfice monstre sur la revente de son idée au vampire le plus gourmand de l’interweb.

Ce n’est pas du goût non plus de certains développeurs qui travaillaient sur des jeux exploitant cette technologie. Le premier à avoir réagi est Markus Persson, alias Notch, le créateur de Minecraft qui a purement et simplement annulé la version Oculus Rift de son billion-seller

Sa déclaration sans équivoque a suscité de vives réactions de la part des joueurs, contraignant Notch a exprimé son point de vue plus en détail via son blog personnel. Il y déclare que son attachement au concept de la réalité virtuelle ne suffit pas pour le convaincre de travailler avec Facebook :

Leurs motivations sont trop floues et changeantes, ils n’ont historiquement jamais été une plateforme stable. Il n’y a rien dans leur historique qui me donne confiance en eux, et c’est ce qui les rend effrayants à mes yeux.

 

Damage Control et perspectives

Brendan Iribe, CEO d’Oculus VR a tenté de rassurer les foules en donnant quelques précisions sur la teneur de l’accord passé avec Facebook. Le rachat permettra entre autres de bénéficier de l’expertise de Facebook pour tout ce qui concerne l’ingénierie réseau et de tirer parti de son imposant carnet d’adresses pour trouver les meilleurs partenaires possibles.

De son côté, Mark Zuckerberg affirme que le gaming restera l’objectif prioritaire et que les projets actuellement en cours ne seront aucunement remis en cause. Occulus VR restera maître de son projet et pourra, grâce au soutien financier de Facebook, proposer un produit non seulement meilleur mais également plus abordable.

Pour l’heure, difficile de prédire quelles seront les conséquences de ce rachat à court et moyen termes. Si l’on en croit les déclarations des deux parties, la transaction pourrait effectivement permettre à Oculus Rift de débarquer plus rapidement sur le marché.

Valve, Sony (et selon les rumeurs Microsoft ainsi que Razer) travaillant également sur des casques de réalité virtuelle, la date de disponibilité de l’Oculus Rift est un enjeu majeur pour la réussite du projet.



Cet article a 0 commentaire

Newsletter